Country Selection

L'ARTISANAT JAPONAIS

Un aperçu du monde enrichissant des Arts et de l'artisanat traditionnels japonais

Chez CHARMANT, nous sommes fiers de nos racines et de la culture japonaise qui a enrichi le monde pendant des siècles.

Les céramiques en filigrane, les couteaux et outils de haute qualité, les impressionnants bambous et boiseries et tant d'autres objets qui proviennent du Japon sont appréciés et admirés dans le monde entier pour la perfection et le dévouement avec lesquels ils sont fabriqués. La tradition séculaire qui se trouve derrière la plupart des arts et métiers japonais existe toujours dans notre monde où la technologie est omniprésente. 

 

 

     

    Pour contrer l'extinction de l'artisanat due à l'industrialisation croissante, divers mouvements sont apparus au Japon dès le milieu du siècle dernier et qui ont permis aux objets artisanaux d'être revalorisés. Depuis les années 1950, de nombreuses initiatives gouvernementales ont également contribué à préserver ce patrimoine artisanal unique, qui n'utilise presque qu'exclusivement des matières premières régionales. 

    Dans cet article, nous allons examiner de plus près quelques-unes de ces compétences.

    KINTSUGI - L'ART DE RÉPARER LES CÉRAMIQUES JAPONAISES CASSÉES

     

    Les céramiques japonaises sont appréciées dans le monde entier. Kintsugi, la méthode traditionnelle de réparation des céramiques fissurées, démontre non seulement un grand savoir-faire artisanal, mais donne également un aperçu de l'appréciation des objets au Japon.

    Kintsugi n'essaie pas de cacher les défauts évidents de la réparation, mais les met plutôt en évidence en utilisant des pigments d'or ou d'argent dans la peinture - créant ainsi une beauté et une appréciation complètement nouvelle de l'objet original.

    Les céramiques cassées ou fissurées sont restaurées selon un long processus qui se déroule en plusieurs étapes. À cette fin, la laque japonaise urushi est appliquée en plusieurs couches, éventuellement saupoudrée de pigments d'or ou d'argent, puis polie.

     

     

    Les morceaux cassés sont assemblés en douceur et se complètent sous une nouvelle forme qui, dans la plupart des cas, égale la beauté originale de l'objet.

    Le concept esthétique derrière Kintsugi est le wabi-sabi. Ce concept amène à comprendre la beauté dans l'éphémère, l'ancien ou l'imparfait. Un bol de thé brisé n'a pas moins de valeur qu'un bol neuf et sans défaut. En fait, la restauration complexe confère au bol un statut unique, dont il est difficile d'évaluer la valeur.

    Au final, cette ancienne tradition est plus que contemporaine, car Kintsugi caractérise parfaitement les thèmes modernes tels que la durabilité et l'art du recyclage.

     

    SHODO - L'ART DE LA CALLIGRAPHIE JAPONAISE

     

    La syllabe japonaise "do" signifie le "chemin" emprunté. Shodo signifie "chemin de l'écriture".

    Vous avez probablement déjà vu les caractères typique japonais, appelés Kanji. Pour les Japonais, ce sont bien plus que de simples lettres, car l'écriture des caractères Kanji est considérée comme un véritable art de l'écriture au Japon. En Shodo, ce ne sont pas seulement la forme et le dessin qui déterminent la signification des caractères Kanji, mais aussi l'intensité de la couleur qui est obtenue en fonction de la variation de la consistance de l'encre.

    Il existe même des directives précises sur la posture à adopter lors de l'écriture. Ici, par exemple, la hauteur de la table par rapport à la chaise est importante et il faut également faire attention à la façon dont le pinceau est tenu. Tout comme pour un épéiste, son épée représente l'extension de son corps, en calligraphie, le pinceau est considéré comme une extension de la main. L'écrivain ne fait pour ainsi dire plus qu'un avec le pinceau.

    Les sentiments individuels jouent également un rôle essentiel dans le Shodo, car même si la séquence des mouvements de chaque caractère Kanji est exactement spécifiée, chaque œuvre diffère en détail par l'attitude mentale du maître de Shodo au moment où il a dessiné les signes Kanji.

     

     

    Il n'est pas rare que l'art de l'écriture serve même à la méditation. On dit que le mélange traditionnel et fait à la main de l'encre Sumi sur la pierre de frottement spéciale de l'encre prépare l'esprit à la tâche qui l'attend, c'est-à-dire à la création d'un caractère unique sur le papier vierge. En outre, le rythme de la respiration ne fait plus qu'un avec le mouvement effectué : l'inhalation accompagne l'absorption de l'encre et l'application du pinceau, tandis que l'exécution du coup de pinceau se fait avec l'expiration. Une fois sur le papier, un mouvement ne peut être défait, car les corrections ne sont ni possibles ni voulues. Dans la calligraphie japonaise, l'encre est de préférence appliquée sur du papier dit "washi".

     

    WASHI - LA TRADITION DU PAPIER JAPONAIS

     

    Le Washi est un papier japonais fabriqué à la main qui, malgré sa minceur, est très résistant et durable. L'idée de durabilité a toujours été au coeur de la fabrication du Washi : la durabilité plutôt que l'élimination est la devise ici. Le papier Washi doit sa longue durabilité à ses fibres, qui sont plus longues que celles du papier d'impression. Il existe aujourd'hui des écrits anciens sur papier Washi qui ont été réalisés au 8e siècle et qui sont toujours en bon état !

    Ce papier japonais n'est pas seulement utilisé dans la calligraphie japonaise, mais dans la fabrication d'abat-jour, de portes coulissantes (Shoji) et même de rideaux. Les designers ont revisité ces usages traditionnels et les ont adaptés à l'esthétique moderne.

    Le Japon a adopté la fabrication du papier en provenance de Chine il y a 1 400 ans. Puis, au 8e siècle, le procédé de fabrication du washi a été développé et est devenu la nouvelle méthode de fabrication du papier.

    La fabrication du washi est longue et complexe et peut être divisée en 3 étapes de travail : la récolte du Kozo, la fabrication du Kamiso et le ramassage du papier.

     

     

    1. Récolte et séchage du Kozo

    La matière première utilisée pour la fabrication du papier est le mûrier, appelé Kozo en japonais. Une fois récoltée, la plante est trempée dans la vapeur pendant quelques heures. Une fois l'écorce de l'arbre pelée et séchée au soleil, elle est blanchie pendant une journée entière dans de l'eau claire de source ou de rivière pour en éliminer l'acide tannique. Ensuite, l'écorce extérieure noire est enlevée, de sorte qu'il ne reste que l'écorce intérieure claire.

    2. Cuisiner le Kozo et créer le Kamiso

    L'étape suivante consiste à cuire la masse dans une grande bouilloire. Le Kozo ramollit et ses fibres se détachent les unes des autres. Elles deviennent grises au cours de ce processus et doivent être nettoyées dans de l'eau claire. Ensuite, les fibres sont traitées pendant plusieurs heures à l'aide d'un bâton en bois. Le tissu ainsi obtenu est doux comme du coton et s'appelle Kamiso.

    3. Le ramassage à la main

    Enfin, le Kamiso, l'eau et le liant naturel, sont mélangés dans un grand bassin et la masse est secouée rythmiquement à la louche jusqu'à l'obtention de l'épaisseur de papier souhaitée. Le papier presque fini est pressé avec un poids lourd et séché au soleil. Le papier Washi est prêt !

    VALEURS

     

    On peut apprendre beaucoup des personnes qui se cachent derrière l'artisanat japonais. Le processus de création, qui prend beaucoup de temps, nous en dit long sur la façon de voir la vie et sur les valeurs telles que la patience, l'attention, le dévouement et une approche sans compromis de ses propres actions.

    Malgré une expérience souvent longue de plusieurs décennies, les artisans sont tous unis par la volonté d'apprendre tout au long de leur vie et de s'améliorer sans cesse, peut-être parce que la perfection signifie aussi l'immobilité.

    De plus, ces artisans qualifiés nous montrent également comment utiliser les ressources avec respect et nous rappellent de prendre des décisions plus conscientes sur les choses dont nous voulons nous entourer au quotidien.

     

    AU FAIT...

     

    Le processus de fabrication de nos lunettes CHARMANT est également en grande partie réalisé à la main. Nous travaillons avec une grande passion sur chaque détail, en canalisant les connaissances spécialisées et le savoir-faire artisanal dans chacune des étapes de fabrication.

    Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. En savoir plus